fbpx

confiance en soi

Comment vaincre le syndrome de l’imposteur ?

Le syndrome de l’imposteur est un mélange d’anxiété et de manque de confiance en soi. Il peut être parfois si fort qu’il nous bloque et nous empêche d’avancer. Mais au fond de nous, on sent bien qu’on est destiné à faire quelque de chose de grand, de profond et d’impactant.

Dans cet article, je te propose de t’expliquer les causes et les symptômes du syndrome de l’imposteur. Tu trouveras aussi un outil pour t’aider à remonter à l’origine du problème afin de pouvoir retrouver la maîtrise de ta vie !

1. Le syndrome de l’imposteur, qu’est-ce que c’est ?

La définition

 

Le syndrome de l’imposteur touche plus particulièrement les femmes. Ces personnes peuvent réussir dans leur vie professionnelle, mais ne s’en attribuent pas le mérite. Elles doutent constamment de leurs statut, compétences et succès. C’est une modestie extrême qui provient d’un profond manque de confiance en soi. Elles ont de gros doutes sur leur propre valeur.

Les symptômes

La personne qui souffre du syndrome de l’imposteur doute en permanence de la légitimité de ses succès. Elle déteste être au centre de l’attention et a du mal avec les compliments.
Elle se base sur un ensemble de croyances erronées sur elle-même.

Parmi les symptômes les plus courants, nous pouvons citer :

• Le succès provient toujours d’un facteur externe. Par exemple : « J’ai eu de la chance ce jour-là », « il n’y avait que moi pour accomplir cette tâche »…)

• Une très mauvaise estime de soi

• Une normalisation de ses accomplissements. Par exemple : « Ce n’était pas si dur que ça », « ça ne m’a pris que 5 minutes »

• Une exigence extrême et intransigeante vis-à-vis d’elle-même, elle a aussi beaucoup de mal à se pardonner ses erreurs tout en remettant constamment en cause ses compétences. Par exemple : « Je n’arrête pas tant que je n’ai pas fini et si je n’y arrive pas dans le délai imparti, c’est que je ne suis pas à la hauteur»

• La personne qui souffre du syndrome de l’imposteur surinvestit son rôle. Elle en fait trop pour « compenser » les lacunes qu’elle pense avoir. En réagissant ainsi, elle attribue son succès « éventuel » à une grande quantité de travail et non à ses compétences réelles.

• Elle fuit les situations où elle sera mise en avant de peur d’être mise en échec et que son imposture soit révélée (réunion, prise de parole…). Certaines personnes se sabotent aussi elle-même par des « actes manqués » (un retard, une absence, le non-rendu d’un rapport…).

• Elle rumine et tourne en boucle sur des questionnements liés à leur propre valeur. Par exemple : « pourquoi ai-je été choisi pour ce rôle ? » Elle peine à reconnaître ses qualités et se raisonne en se dénigrant perpétuellement.

2. Quelles peurs se cachent derrière ce syndrome ?

La cause

Derrière chaque syndrome se cache une peur inconsciente.
Il peut s’agir d’une peur liée à des attentes parentales de réussite professionnelle et sociale faibles ou à l’inverse trop élevées.

Si on surestime l’intelligence d’un enfant par exemple, il risque d’assimiler qu’il doit réussir à tout prix. De ce fait, l’enfant puis l’adulte va être sous pression constante et ne sera pas reconnu pour ce qu’il est réellement.

Il peut aussi d’agir peur liée à notre société actuelle où seules les personnes qui ont un « quelque chose en plus » sont reconnues. Par exemple, celles qui sont plus riches, plus admirées, plus intelligentes… Si l’on se considère comme médiocre, on peut alors penser qu’on n’est pas légitime et le syndrome de l’imposteur peut alors apparaître.

Pour te permettre de comprendre d’où peut venir ce syndrome, j’ai créé un outil « Le Tableau des Peurs ». Il va te permettre de prendre du recul afin d’avoir une vue d’ensemble de la situation et ainsi comprendre la peur inconsciente. Tu peux retrouver ce Tableau des Peurs dans ma Boîte à Outils. Il s’agit de mon programme qui regorge d’outils scientifiquement reconnus et des exercices ludiques pour reconnaître tes forces et tes ressources, mais aussi positiver ton regard pour parvenir à lâcher prise.

3. Un exemple concret

Il y a quelques jours, j’ai eu une personne au téléphone qui me racontait à quel point elle se sentait illégitime dans son métier de professeure remplaçante au collège.

Elle se sentait comme un bouche-trou et ne parvenait pas à trouver sa place. Elle en même arrivée à se dire qu’elle n’était pas une bonne professeure !

Je te laisse imaginer à quel point elle se sentait malheureuse et à quel point ce sentiment avait un impact sur sa manière d’enseigner. 

En plus de ça et pour en rajouter une couche, elle était professeure remplaçante dans un collège privé. Et visiblement, il n’y a pas besoin du même concours pour enseigner dans le privé et dans le public. Entre son statut de remplaçante et « l’absence » de diplôme (selon son propre regard), elle n’en menait pas large au niveau de sa confiance en elle.

Elle m’a appelé désœuvrée, ne sachant plus comment remonter la pente. 

Je me suis donc servi de mon Tableau des Peurs pour arriver à lui faire prendre du recul et voir les éléments que ses œillères l’empêchent de voir pour le moment. 

Parce que si on ne peut pas changer les événements (ici son statut de prof remplaçante ou le fait que ça soit un collège privé), on peut changer la manière dont on voit les choses.

En remontant à la racine de ses peurs, nous sommes arrivées à en déduire de magnifiques qualités. 

Ce que cette personne voyait comme une peur de ne pas être titulaire et donc de ne pas avoir de rythme stable, lui permettait de travailler sur sa fantastique capacité d’adaptation. Elle pouvait changer de classes toutes les heures et enseigner à des publics différents, cela ne lui posait pas de problème. Tout comme elle pouvait passer d’un collège dans un quartier résidentiel à un collège en zone plus difficile. Et ça c’est une sacrée qualité ! 

C’est comme ça qu’à chaque peur, nous avons réussi à trouver une autre paire de lunettes, une autre vision de la situation.

C’est le travail quotidien que je réalise en coaching ! Aider les personnes qui me font confiance, à dénouer la « pelote de laine » dans laquelle elles se sentent prisonnières en prenant de la distance et en changeant de paire de lunettes. Pour dans un deuxième temps se créer un nouvel équilibre en ayant des actions et réactions différentes de celles qu’elles ont toujours eu jusqu’alors. 

4. Ne plus subir son quotidien

C’est ce à quoi mon Tableau des Peurs t’aide à faire. Afin que tu puisses faire ce premier travail toute seule et ne pas être bloquée.  

Le syndrome de l’imposteur étant un processus psychologique, il n’est pas évident de s’en sortir seule. Tu auras même sans doute besoin d’une personne pour te guider ou te coacher. Même si tu n’arrives pas à changer ta manière de fonctionner, tu peux déjà commencer à comprendre tes fonctionnements pour pouvoir les anticiper. Même si tu sais que tu travailles deux fois plus que les autres, car tu doutes beaucoup de toi, tu peux à présent remonter à la racine pour comprendre et avoir de l’empathie avec toi-même. La deuxième phase sera de t’aider à changer ta manière de te voir  et même si ce travail peut sembler long, il est à la portée de tous !

N’hésite pas à me contacter par mail si tu te reconnais dans ce syndrome et que tu veux reprendre la maîtrise de ta vie !

POUR RESUMER

Les symptômes du syndrome de l’imposteur

• Une mauvaise estime de soi

• Une cause quasi toujours externe à sa réussite

• Une normalisation de ses accomplissements

• Une auto-exigence extrême 

• Se sur-investir dans toutes ses casquettes

• Avoir l’impression quasi permanente de devoir compenser des « lacunes »

• Fuir les félicitations

• L’auto sabotage

Les solutions possibles 

Changer de prisme. Accepter de voir les choses sous un autre angle et pour cela élargir son point de vision: la prise de recul, la compréhension de soi-même (des schémas inconscients) et davantage de douceur et de tolérance envers soi, sont à mon sens les premières étapes pour faire grandir sa confiance et son estime de soi. 

Ma fameuse boîte à outils, disponible en « autonomie » mais également accessible dans tous mes coachings, te permet justement de nourrir la confiance que tu te portes à travers des exercices simples et concrets que tu peux facilement appliquer au quotidien. Le tableau des peurs dont je t’ai parlé plus haut en fait partie, mais je pense aussi au tableau des victoires qui t’aidera à transformer ce que tu prenais jusque là pour des faiblesses en véritables forces ! 

Pour aller plus loin !

Pour approfondir ce sujet de la confiance en soi et te permettre de prendre du recul vis à vis de ces croyances dans lesquelles tu t’es enfermée malgré toi, je te propose de découvrir gratuitement:

– Le fameux tableau des peurs,  pour aller explorer comment ne plus subir ta vie et te libérer de ce qui t’empêche d’être pleinement épanouie.

– le replay de ma conférence au sujet du triangle de Karpman et découvrir d’où vient ce manque de confiance et en quoi il vient nourrir une place dont tu n’as sans doute même pas conscience ! 

Le tableau des peurs

L’outil phare de mon programme: Le tableau des peurs !

Grâce à lui :

  • Apprends à identifier ces freins qui t’empêchent actuellement d’avancer
  • Prends de la distance avec tes peurs, celles de ton entourage ou toutes ces questions auxquelles tu n’as pas de réponse à ce jour
  •  Reprends les rênes de ta vie et saisis l’occasion de voir les choses sous un autre angle. 
  • Découvre une partie du programme de mon accompagnement en ligne gratuitement ! 

Ma conférence au sujet du triangle de Karpman

Accède au replay de ma conférence en ligne 

et télécharge son pdf de présentation afin d’identifier ces “jeux psychologiques” qui se répètent inconsciemment dans tes relations et apprends concrètement comment en sortir !

Le programme:

  • Le triangle dramatique Kesako
  • La place de victime
  • La place de sauveur
  • La place de bourreau
  • Comment fonctionne le triangle
  • Les enjeux du triangle
  • Comment en sortir
  • Le bon équilibre ?